Petite histoire du granulé

Le pellet est né aux Etats-Unis à la suite du choc pétrolier. Des « granuleurs » de luzerne ont eu l’idée d’utiliser la sciure de bois pour la compacter et créer ainsi un combustible à haut rendement destiné au début aux chaudières industrielles.

Quelques temps plus tard, un ingénieur de chez Boeing conçoit le premier poêle automatique à granulés. L’engouement est immédiat et la production bat son plein dans les années 80. Le marché voit apparaître rapidement des fabricants de poêles de conception inadaptée qui brûlent des granulés de mauvaise qualité. L’image du granulé se trouve dégradée, le contre-choc pétrolier et le développement du gaz naturel vont fortement freiner son développement.

En Europe, c’est par la Suède que le granulé est arrivé. Ce pays où le bois est omniprésent va s’approprier le granulé très rapidement pour devenir le plus gros producteur et consommateur au milieu des années 90. En 1998, la consommation de la Suède représente 700 000 t alors que ce produit est encore inconnu en France. Le développement spectaculaire de la filière granulé en Suède s’est fait grâce à une normalisation stricte de la qualité du granulé et des appareils de combustion.

C’est ensuite dans les années 95 que le granulé fait son apparition en Autriche. Dans ce pays où la forêt couvre 46% du territoire, le bois-énergie est une histoire de longue date. La qualité des chaudières à bois déchiqueté est déjà connue dans toute l’Europe. C’est dans ce contexte que la toute jeune société ÖkoFEN décide de concevoir une chaudière spécifique au granulé de bois dès 1994, chaudière qui sera la première à être certifiée en 1997, l’Autriche sentant elle aussi le besoin de réglementer la qualité du combustible et des matériels pour assurer un développement serein du marché.

Depuis le changement de siècle, le granulé s’est étendu aux autres pays européens, timidement au début, puis de manière fulgurante dans certains pays comme l’Italie à partir de 2003. L’Europe du granulé est en pleine expansion. Depuis 2005, il se monte une unité de production en Europe chaque mois, les déshydrateurs de produits agricoles se tournent vers ce nouveau marché avec engouement.

 

La France est un des derniers pays à avoir adhéré au granulé de bois. Les filières de production et de distribution s’organisent, mais la croissance est telle que les tracas sont inévitables. Devant l’augmentation annoncée (et constatée) du prix de l’énergie, le granulé a toute sa place à tenir.