Ballon tampon

L’utilisation des ballons tampons dans les installations de chauffage au bois n’est pas très répandue en France. C’est pourtant un élément important du bon fonctionnement de l’installation, ainsi qu’un élément de confort pour l’utilisateur.

Un ballon tampon est obligatoire pour le bon fonctionnement d'une chaudière à bûche.

Dans le cas d'une chaudière automatique, telle que des chaudières à granulés ou bois déchiqueté, l'installation d'un ballon tampon n'est pas obligatoire. En effet, ces appareils s'allument et s'éteignent de façon entièrement automatisées ne nécessitant pas de stockage d'énergie.

Le ballon tampon constitue une réserve de chaleur stockée dans de l’eau qui est réchauffée par la chaudière. Le système de distribution (radiateurs, plancher chauffant), piloté par la régulation, vient « piocher » dans cette réserve au fur et à mesure des besoins.

 

Le principe est d’avoir un ballon tampon capable d’emmagasiner suffisamment de chaleur pour chauffer la maison pendant une journée moyennement froide, et que ce ballon puisse être réchauffé par la chaudière en une seule flambée. Ainsi, la plupart du temps, le chauffage au bois se résumera à une flambée par jour, et s’élèvera à deux pendant les jours les plus rigoureux.

 

L’autre avantage du ballon tampon est qu’il permet de faire fonctionner la chaudière à son régime nominal. Si ce dernier est correctement dimensionné, il sera capable d’absorber toute la chaleur produite par la chaudière à pleine puissance, c’est-à-dire dans les meilleures conditions de combustion.

 

En hiver, les déperditions d’une maison varient en moyenne entre 5 et 10 kW. La plupart des chaudières bois proposées sur le marché ont des puissances nettement supérieures (de l’ordre de 20 kW pour les plus petites). Ainsi, sans ballon tampon, les chaudières fonctionnent "bridées" à quelques kW. Le rendement d’une chaudière "classique" dans ces conditions chute à moins de 30%. Elles produisent plus de goudron que de chaleur.

 

Une combustion plus propre et à haut rendement, une utilisation moins contraignante, le ballon tampon permet d’optimiser le chauffage au bois. Il faut cependant veiller à l’isoler correctement et à ce qu’il ne soit pas trop grand, sinon les économies réalisées par le meilleur rendement de la chaudière seront compensées par les pertes de chaleur du ballon.

Les ratios usuels sont de l’ordre de 50 l de stockage pour 1 kW de puissance, ou encore 10 l par m² chauffé.